CCAS - Centre Communal d’Actions Sociales

Le CCAS développe différentes activités et missions légales ou facultatives, directement orientées vers les populations concernées : aides et accompagnements des séniors, des personnes handicapées, aux familles en difficulté, lutte contre l'exclusion, lutte contre l'habitat indigne, lutte contre la précarité énergétique et aides au logement.

Les actions du CCAS

Animations

Tout au long de l'année, le Centre Communal d'Action Sociale organise différents rendez-vous, depuis la traditionnelle galette en début d'année, le banquet des anciens fin septembre/début octobre et la distribution de bons d’achat aux anciens deux fois par an (en mai et à Noël) et en proposant diverses animations sur l’alimentation, le bien-être, la lecture.
Pour pouvoir assister aux événements en direction des personnes âgées, il faut habiter sur la commune, être à la retraite et avoir plus de 65 ans. Un  justificatif de domicile de moins de 3 mois, une photocopie de pièce d’identité et une notification de votre caisse de retraite vous seront demandés.

CCAS1

L’aide au maintien à domicile

La Ville, à travers le Centre Communal d'Action Sociale, développe de nombreux services pour favoriser le maintien à domicile des anciens et reculer ainsi l'entrée en résidence, ou tout simplement pour améliorer le confort et le quotidien des anciens qui le souhaitent.

Si vous avez plus de 60 ans et éprouvez des difficultés à réaliser vos tâches de la vie quotidienne, en fonction de votre perte d'autonomie et de vos ressources, vous pouvez peut-être prétendre à une aide financière de votre caisse de retraite (CARSAT, MSA, RSI, CNRACL…) ou du Département de Seine-Maritime (Aide Personnalisée d'Autonomie).

Votre caisse de retraite intervient sur une perte d'autonomie faible (GIR6 et 5). Pour une dépendance plus importante, c'est l'Aide Personnalisée à l'Autonomie qui intervient (GIR 4 à 1).

En fonction de votre degré de dépendance, des heures d'interventions d'une auxiliaire de vie sont déterminées par une assistante sociale, celle-ci élabore avec vous un plan d'aide.

Le Centre Communal d'Action Sociale de Malaunay se tient à votre disposition afin de vous orienter sur la demande la plus adaptée à votre dépendance. Les formulaires de demande sont disponibles au CCAS.

Retrouvez aussi les tarifs et le modèle de prestation de service ci-contre.

Téléassistance

Un service de téléassistance permet aux personnes âgées d'être reliées en permanence à une centrale d'écoute. Les écoutants ont un rôle d'assistance et disposent d'une démarche particulière pour faire intervenir famille ou secours en cas de nécessité. Pour en bénéficier, nous vous invitons à vous tourner vers le CCAS de Malaunay.

Vos demandes de logement

Vous souhaitez obtenir un logement sur la Commune ou en changer, merci de suivre les instructions ci-dessous.

Vous pouvez imprimer la demande de logement ci-contre et la transmettre à la mairie accompagnée des pièces suivantes :

  • Copie du livret de famille,
  • Dernier avis d'imposition ou de non-imposition,
  • Photocopie d'une pièce d'identité,
  • Photocopie des trois derniers bulletins de salaire.

Coordonnées des bailleurs sur la Commune :

LOGISEINE, 1 place des Coquets 76135 Mont-Saint-Aignan – Tél. : 02 35 52 65 65

PLAINE NORMANDE, 86 rue de la République 76038 Rouen cedex 1 – Tél. : 02 32 76 04 69

LOGEAL IMMOBILIERE, 387 rue Pierre Mendès France 76300 Sotteville-les-Rouen – Tél. : 02 32 81 55 10

Aide alimentaire

L’aide alimentaire à Malaunay est gérée depuis 2013 par l’épicerie sociale Solepi, installée à côté de la mairie, place du 8 mai.

L’épicerie est ouverte aux personnes qui bénéficient des minimas sociaux.

Pour bénéficier de l’aide alimentaire à Solepi, il faut s’inscrire en fournissant une copie de votre carte d'identité, les revenus mensuels du foyer, la feuille de non-imposition de l'année précédente.

Les épiceries acceptent également les bons alimentaires et les tickets services (sous certaines conditions).

Si vous souhaitez soutenir Solepi, faites un don pour une action sociale organisée et constructive en Seine-Maritime : l’association accepte toute sorte de dons de la part des particuliers, associations ou entreprises, financiers ou en nature.

Pour rappel, les dons des particuliers sont déductibles des impôts sur présentation de votre reçu fiscal. Vous pourrez déduire 75% du montant dans la limite de 510 €, puis 66% du montant dans la limite de 20% du revenu imposable. Pour les entreprises, sur présentation du reçu fiscal, une déduction de 60% du montant de don dans la limite de 5% du chiffre d'affaires annuel est possible.

Secours divers

La Ville de Malaunay a adhéré à différents fonds qui peuvent être sollicités lorsqu'un foyer rencontre des difficultés :

Le Fonds de Solidarité Logement accorde des aides financières pour l'accès ou le maintien en logement. Il sert aussi à financer l'accompagnement social lié au logement.

Le Fonds de Solidarité EDF - GDF permet de débloquer des aides pour le paiement des factures EDF et GDF, le Fonds de Solidarité Téléphone pour les factures de téléphone fixe, le Fonds de Solidarité Eau pour les factures d'eau.

Pour l’ensemble de ces aides vous pouvez prendre contact avec le CCAS en mairie.

Plan canicule

Depuis l'été 2003, un Plan national de prévention canicule est activé chaque année, à partir du 1er juin et jusqu'au 31 août, pour les personnes âgées les plus isolées et fragiles, particulièrement exposées en cas de hausse durable des températures.

Un registre solidarité pour mieux se préparer

Afin de permettre l'intervention ciblée des services sanitaires et sociaux en cas de déclenchement du Plan Canicule, la ville de Malaunay a ouvert un registre nominatif des personnes susceptibles de rencontrer des difficultés en cas de fortes chaleurs.

Sont concernées les personnes de plus de 65 ans et résidant à leur domicile, les personnes de plus de 60 ans, reconnues inaptes au travail et résidant à leur domicile, les personnes adultes handicapées bénéficiant de certaines allocations ou prestations (AAH, ACTP, carte d'invalidité...).

Les personnes désireuses de se faire recenser sont invitées à se faire connaître auprès des services de la ville en se rendant au CCAS aux horaires d'ouverture pour remplir le formulaire prévu à cet effet, ou en cas d'empêchement, en prenant contact par téléphone (02 32 82 55 53)

Si la demande émane d'un tiers (parent, voisin, médecin traitant, service de soins à domicile ...) elle doit être faite par écrit à l'attention de Monsieur le Maire de Malaunay.

4 étapes pour faire face aux pics de chaleur 

Comment les services publics se préparent-ils à affronter les dangers de l'été ?

Les pics de chaleur de 2003 avaient provoqué un grand nombre de décès. Pour ne pas que cet épisode tragique se reproduise, l'État a mis en place un Plan de prévention canicule. En fonction des indications (4 couleurs pour 4 niveaux)  de la carte de vigilance météorologique, l'État déclenche les actions correspondantes. Un véritable plan de bataille se met alors en place...

Niveau 1 : veille saisonnière / Sensibiliser...

Le niveau 1 correspond à une couleur verte sur la carte de vigilance météorologique. Quelle que soit la chaleur annoncée, il est activé automatiquement du 1er juin jusqu'au 31 août. Les services publics vérifient alors le bon fonctionnement des dispositifs d'alerte et doivent informer la population de l'ouverture du registre de solidarité. Ils sensibilisent les habitants aux risques liés à la canicule et informent sur les précautions à prendre en cas de forte chaleur.

Niveau 2 : avertissement chaleur / Préparer...

Il correspond au passage en jaune de la carte vigilance météorologique. Ce niveau est un avertissement, il permet la préparation de la montée en charge des mesures de gestion par les Agences Régionales de Santé. Tous les services sanitaires sont sur le pied de guerre...

Niveau 3 : alerte canicule / Agir

L'alerte canicule est déclenchée par le préfet de département sur la base de la carte météorologique (passage à l'orange). Celui-ci prend alors toutes les mesures adaptées dans le cadre du Plan de Gestion d'une Canicule Départemental (PGCD). A ce niveau, des actions de prévention et de gestion sont mises en place par les services publics et les acteurs territoriaux de façon adaptée à l'intensité et à la durée du phénomène : actions de communication visant à rappeler les gestes de prévention individuel à mettre en œuvre (hydratation, mise à l'abri de la chaleur, ...), déclenchement des "plans bleus" dans les établissements accueillant des personnes âgées ou handicapées, mobilisation de la permanence des soins ambulatoires, des Services de Soins Infirmiers À Domicile (SSIAD), et des Services d'Aide et d'Accompagnement à Domicile (SAAD), activation par des registres communaux avec aide aux personnes âgées et handicapées isolées inscrites sur les registres, mesures pour les personnes sans abri, etc.

Niveau 4 : mobilisation maximale / Mobiliser...

Ce niveau correspond à la carte de vigilance rouge de l'alerte de Météo France. Il est déclenché par le Premier ministre sur avis du ministre chargé de la Santé et du ministre de l'Intérieur. La canicule est alors reconnue exceptionnelle, très intense et durable avec apparition d'effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, panne d'électricité, feux de forêts, nécessité d'aménagement du temps de travail ou d'arrêt de certaines activités...). La crise devenant intersectorielle, elle nécessite une mobilisation maximale et une coordination de la réponse de l'Etat avec l'activation de la Cellule Interministérielle de Crise (CIC) qui regroupe l'ensemble des ministères concernés.

Même si le soleil joue à cache-cache cet été, restez vigilants !

Quelques conseils pour contrer la chaleur

  • Ne pas s'exposer aux heures les plus chaudes (12H à 16H) : le soleil est alors à son zénith et l'intensité des rayons UVB à son maximum) ;
  • Se protéger (en portant T-shirt, chapeau, LUNETTES avec norme CE, certifiées UV) ;
  • Rechercher l'ombre (attention : le parasol à la plage ne protège pas de la réverbération du soleil sur le sable) ;
  • Appliquer régulièrement une crème solaire. 3 niveaux d'indice de protection existent (IP 20 = haute protection ; IP 30 et 40 = très haute protection ; IP 60 = ultra protection) ;
  • Il convient de répéter l'application du produit après la baignade ou si l'on transpire, en règle générale toutes les 2 heures. La crème solaire pour les enfants n'est pas à réservée à la plage ou aux temps d'exposition. Dès que l'enfant est en plein air, il est exposé au soleil ;
  • Se désaltérer : boire régulièrement de l'eau et sans attendre d'avoir soif ou consommer des fruits et des crudités riches en eau telles que tomates, concombres, melons, pastèques, agrumes...) ;
  • Aider ses proches (nourrissons, enfants, personnes âgées...) en leur proposant régulièrement des boissons. Appelez vos voisins qui sont seuls pour prendre de leurs nouvelles ;
  • Avant 3 ans, l'enfant n'a pas encore mis en place un système de défense contre les agressions du soleil. Sa peau immature, en cours de formation, ne lui permet pas de se défendre contre les rayons du soleil. Sa seule défense est celle que vous lui donnez avec les crèmes solaires, un chapeau, des vêtements et de l'ombre.

Une plateforme téléphonique " Canicule info service" est ouverte du lundi au samedi, de 8h à 20h au 0800 06 66 66.

Plan grand froid

Le plan "Grand Froid" est un dispositif interministériel prévoyant des actions en cas d'hiver rigoureux. Il est activé par les préfectures selon l'intensité du froid, qui est elle-même évaluée à partir des températures transmises par Météo France via sa carte de vigilance météorologique.

Le plan "Grand Froid" est un dispositif qui s'accompagne d'une procédure de veille et consigne les bonnes pratiques pour prévenir les dangers d'une période de froid prolongée.

 Il existe trois niveaux de vigilance, dépendant directement du relevé quotidien des températures diurnes et nocturnes. Concrètement, le niveau 1 ("temps froid") correspond à un niveau de vigilance modéré : il est appliqué si on relève une température à la fois positive en journée et située entre 0 et -5°C la nuit. Le niveau 2 ("grand froid") correspond à une température négative en journée et une température mesurée entre -5°C et -10°C la nuit. Le niveau 3 (appelé également "froid extrême") correspond au niveau de vigilance maximal : la température est négative en journée et inférieure à -10°C la nuit. Il est prévu que ce dispositif soit éventuellement appliqué entre le 1er novembre et le 31 mars.

Le dispositif regroupe des mesures recommandées par le ministère de la santé et l'INPES dont l'objectif est de prévenir les risques sanitaires liés à des températures particulièrement basses.

Il s'articule autour de deux axes. Le premier axe concerne le devoir d'information et de prévention en matière d'hygiène et de santé : un plan de communication est déployé pour alerter la population (notamment des risques d'intoxication au monoxyde de carbone se produisant en particulier l'hiver). Le second concerne la prise en charge médicale et sociale, ainsi qu'une vigilance accrue à l'égard des personnes vulnérables (sans-abris, jeunes enfants, personnes âgées ou fragilisées par les pathologies hivernales). Des équipes mobiles de veille sanitaire et médico-sociale sont mises à disposition ainsi qu'un centre d'appel gratuit au 115, assurant l'organisation et la permanence des soins.

Campagne de vaccination gratuite

Le service de vaccination du Département de Seine-Maritime organise au Centre Médico-Social de Maromme. Ces séances sont destinées aux adultes et aux enfants de plus de 6 ans. Elles sont assurées par un médecin et une secrétaire de vaccination. La consultation est gratuite et sans rendez-vous sur le créneau horaire prévu.

Les vaccins les plus courants (DTP, DTCP, ROR, Hépatite B, méningite C) sont fournis gratuitement, et les personnes n'ont pas besoin d'amener leur vaccin. Pour les autres vaccins (grippe saisonnière, papillomavirus...), le médecin de vaccination peut leur remettre une ordonnance pour se les procurer en pharmacie, puis procéder à l'injection lors de la séance suivante.

Les usagers doivent se munir de leur carnet de santé et/ou de vaccination et de leur attestation Vitale.

Pour adultes et enfants à partir de 6 ans, venir avec son carnet de santé et son attestation vitale.

Pour les mineurs, la présence d'un responsable légal est obligatoire

Gratuites, ces séances ont lieu sans rendez-vous au Centre Médico-Social de Maromme.