Budget 2021

En avril dernier, le Conseil municipal a adopté le budget pour l’année 2021. Quelles sont les grandes lignes de ce que les élus municipaux ont acté : on vous détaille ces décisions !

Les dépenses de fonctionnement

Le budget de fonctionnement, c’est la partie consacrée aux dépenses de la vie courante pour faire fonctionner la collectivité municipale. Plusieurs chapitres thématiques permettent ainsi d’organiser les services publics municipaux :

Le premier montant, c’est 3 746 670 €, afin de rémunérer le personnel municipal. Malaunay gère directement de nombreux services à destination des habitants, notamment la piscine, l’école de musique, la crèche, les garderies, le centre de loisirs... Ainsi, un peu plus d’une centaine d’agents municipaux sont mobilisés tout au long de l’année.

Viennent ensuite ce que l’on appelle les charges à caractère général, pour 1 617 620 €. Il s’agit en fait principalement du crédit budgétaire permettant de payer les factures d’achat de matériel et de fournitures.

Quelques exemples : le budget alimentation des scolaires (95 000 €), les frais de nettoyage des locaux (79 423 €), les fournitures pour les travaux d’électricité (22 767 €) et pour les espaces verts (14 492 €), le fleurissement de la ville (24 196 €), les achats de masques pour le personnel, le nettoyage urbain avec la balayeuse (13 300 €), ou encore la maintenance informatique (31 740 €) et les décorations de Noël (14 000 €). « Des dépenses qui sont optimisées au regard de l’année précédente » précise le maire.

À retenir en 2021 : 20 000 € pour initier une opération d’entretien du bois du Haut-Bourg à l’automne, à l’image de ce que la Ville a réalisé au Bois-du-Roule.

Les dépenses relatives aux fluides (eau, électricité, chauffage urbain) s’élèvent à 432 700 €.
Un montant qui intègre les efforts d’innovation menés par Malaunay depuis plusieurs années, couvrant désormais une partie de ses besoins énergétiques grâce à l’autoconsommation collective de l’énergie qu’elle produit localement à partir de ses centrales solaires.

Les autres dépenses inscrites sont relatives à l’intendance et à la restauration municipale (246 788 €), au fonctionnement courant des écoles (23 260 €), à l’enfance et à la famille (3 950 €), à la jeunesse (27 510 €), à la police municipale (8 160 €), à l’animation culturelle et à la communication (102 067 €).

Les dépenses à caractère général de ressources humaines et financières s’élèvent à 148 788 €, liées aux services accueil, état civil, cimetière et élections, finances, ressources humaines, ou à la téléphonie.

À retenir également :

  • 100 000 €, pour le financement du CCAS
  • 37 877 € de soutien aux associations de la ville
  • 29 275 € pour nos dispositifs d’AJC, Accompagnement Jeunes citoyens ; la bourse au permis et les subventions exceptionnelles liées au Covid.

Côté recettes

« Voilà une partie de la construction du budget qui n’est pas toujours simple, car quand on élabore le document budgétaire, on fait des prévisions, c’est toujours complexe d’estimer des recettes, c’est pour cela que ces montants sont toujours inscrits avec prudence », explique le maire.

370 402 € : il s’agit là des recettes de la facturation des services de centre de loisirs, la cantine, les entrées piscine, etc. Aussi, la crise sanitaire a entraîné la fermeture à plusieurs reprises de nos équipements et donc de fortes pertes de recettes. C’est donc là une estimation prudente pour l’année.

1 511 013€ : ce sont les dotations, notamment celles de l’État. Ce montant est composé de plusieurs dotations, mais la principale est la DGF, pour Dotation Globale de Fonctionnement : « Si notre simulation à 721 336 € se confirme, c’est de nouveau une baisse des dotations d’État actée pour notre commune », s’indigne Guillaume Coutey. Il faut rappeler qu’en 2014 la DGF était de 1 102 285 €.

3 397 126 € est le produit des impôts et taxes.
Ce montant est des plus compliqués à prévoir cette année, car avec la suppression de la taxe d’habitation, la commune perd là le levier fiscal. Seul désormais l’impôt foncier est décidé par le Conseil municipal.

Investissements budgétés en 2021

Le budget global s’équilibre à hauteur de 1 660 186 €, mais il comporte les dépenses des chantiers engagés et pas encore achevés, comme (et principalement) la réhabilitation des courts de tennis et la création du padel. Revue de détail des actions nouvelles, pour lesquelles la Ville porte un travail de mobilisation pour de nombreuses subventions de ses partenaires :

Côté nouveaux équipements en matériel, il y a le renouvellement du parc des photocopieurs pour les services de la Ville, pour un montant de 41 400 €, et des écoles, pour 12 000 €. On peut noter aussi un crédit de 6 000 € pour le développement de la dématérialisation des relations avec la trésorerie avec la mise en place de parapheurs électroniques.

Du côté des écoles, la Ville poursuit ses efforts : 15 000 € pour l’achat de mobilier et pour la classe ULIS qui ouvre à la rentrée scolaire; 3000 € pour de nouveaux bancs pour les cours et 31 000 € pour la mise en place des systèmes d’alerte des PPMS des 4 écoles.

Quelques exemples des travaux qui seront financés et réalisés dans l’année sur les bâtiments municipaux et espaces publics :

  • 5000 € pour la mise en sécurité du parvis du groupe Brassens avec un muret en gabions côté pelouse
  • 99 000 € pour la réfection complète du chemin rural de Cherfougères
  • 26 000 € pour poursuivre les aménagements du cimetière
  • 11 000 € pour le changement des sols des couloirs de la mairie et une nouvelle centrale d’alarme
  • 10 000 € sur le groupe Brassens pour le changement de la porte de la garderie et réfection du quai de déchargement du restaurant scolaire
  • 50 000 € pour le changement de la mise en lumière de l’église Saint-Nicolas
  • 25 000 € pour la réfection de la chapelle de la rue Notre-Dame- des-Champs
  • 8000 € pour la mise en sécurité du portail du parc
  • 18 000 € pour l’acquisition de matériel et outillages
  • 10 000 € pour de nouvelles décorations de Noël pour la place de la Mairie
  • 1700 € pour l’achat de nouveaux canards d’ornement et un couple de cygnes dans le parc municipal

De nouveaux grands projets initiés en 2021

Le contexte de crise sanitaire a eu de nombreux impacts sur la vie économique, et en particulier sur le secteur du bâtiment et des travaux publics. Aussi, dans le cadre du Plan de relance, la Préfecture organise des appels à projets, avec des co-financements à la clé. C’est pourquoi le Conseil municipal a travaillé un programme ambitieux sur les années 2021 et 2022, afin de participer à l’effort de la relance économique et surtout de mobiliser des financements exceptionnels.

C’est dans cette perspective que trois chantiers seront initiés en 2021 :

  • la réhabilitation thermique de l’espace Pierre-Nehoult, pour une prévision de 758 000 €
  • la réhabilitation thermique du centre Boris-Vian, pour un coût estimé à 925 000 €
  • le déploiement de la vidéoprotection sur l’espace public, pour 350 000 €

Ces programmes, néanmoins, ne seront concrétisés qu’à la condition de mobiliser un maximum de co-financements pour envisager une participation minimale du budget communal.

Budget 2021

Budget 2021

Nouveauté !

20 000 € pour le budget participatif

Ce fonds d’initiative citoyenne permettra de financer, selon des conditions définies, en lien avec le Service municipal d’accompagnement des initiatives citoyennes (Smac) les projets des Malaunaysiens prêts à s’impliquer dans des projets imaginés pour leur ville.

Taux communaux

Les élus ont décidé pour la 17e année consécutive de ne pas augmenter les taux communaux permettant le calcul de la taxe d’habitation et du foncier bâti et non bâti.

Mais, l’État, avec la suppression de la taxe d’habitation, a décidé de donner à la commune la part du foncier reçue jusqu’à présent par le département. Du coup, sur les prochaines feuilles d’impôt, le foncier sur les propriétés bâties sera sur une seule colonne additionnant le taux de la commune (27,56 %) et le taux du département (25,36 %) soit 52,92 %.

Or, bien souvent, sur la feuille d’impôt, on ne regarde que le total, là on vous alerte : il ne s’agira pas d’une augmentation du foncier de la commune, mais d’une addition de deux colonnes sans aucune augmentation.